Riot On the Radio !!!

Pretentieux et mechants, comme on les aime.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Lunar Park et Bret Easton Ellis en général

Aller en bas 
AuteurMessage
Jesus
Master Pez
avatar

Nombre de messages : 650
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Lunar Park et Bret Easton Ellis en général   Jeu 29 Déc - 5:56

Lunar Park est le dernier bouquin de Bret Easton Ellis. Tout le monde en parle et c'est comprehensible vu que BEE est un putain d'écrivain . . .

Je voulais savoir si certains membres du forum l'avait lu et s'il était aussi transcendant que The Rules Of Attraction !! Glamorama, bien qu'excellent, me semblait un peu moins bien que le reste de ses oeuvres et je me demandais si ce dernier opus valait le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
°chav°
Panda Master
Panda Master
avatar

Nombre de messages : 7497
Age : 32
Localisation : Lorraine / RP (ohh tu me manques)
Date d'inscription : 14/10/2005

MessageSujet: Re: Lunar Park et Bret Easton Ellis en général   Jeu 29 Déc - 12:53

hum j'ai lu american psycho juste, c'est pas mal Laughing

_________________
si tu cliques t'es un gros con (ou une grosse conne)
http://moonitown.miniville.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/mrs_nutcase
Jesus
Master Pez
avatar

Nombre de messages : 650
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Lunar Park et Bret Easton Ellis en général   Jeu 29 Déc - 14:21

American est le plus extreme !! Il est très bon mais c'est pas mon préféré . . . Personnelement j'aime mieux "Les Lois de l'attraction" ou "Moins que zéro" . . . Ces deux bouquins sont fabuleux !!

Citation :
Né en 1964, élevé à Los Angeles dans un milieu assez favorisé, Bret Easton Ellis entre en littérature avec "Moins que Zéro" qui décrit, avec un succès immédiat, le retour dans sa famille d'un étudiant beau comme un dieu, drogué, bisexuel de la faculté. Le garçon s'ennuie à mourir chez ses parents, crève d'ennui, a quelques visions de son année scolaire, de ses activités de junky, de ses soirées, de ses discussions entre amis, de ses coups de reins et puis décide de repartir pour la fac. Point. L'intérêt principal ne repose pas sur l'intrigue mais sur sur le contenu de la narration, inédit et d'une légèreté qui glace les sangs. Re-belote dans les" Lois de l'Attraction" en 1987. Cette fois-ci, l'intrigue se complique et la narration est échangée entre les différents personnages, tous étudiants, qui décrivent leurs activités du jour, leurs soirées, leurs prises de stupéfiants, leurs soirées, leurs prises de stupéfiants, leurs soirées, leurs amours et aussi leurs prises de stupéfiants. [ . . . ]les témoignages des uns et des autres sont discordants et laissent apparaître des zones d'ombres, des mensonges qui créent une sorte d'attente, d'exaltation mi-policière, mi-voyeuriste. Les questions que se pose le lecteur ne vont pas chercher très loin. Sean est-il pédé ? Sean aime-t-il Lauren ? Lauren aime-t-elle Sean ? Vont-ils baiser ? Que va-t-il arriver à Paul ? Est-ce que la nana qui envoie des messages anonymes à Sean est Lauren ? Etc
Source: http://www.fluctuat.net/livres/prasaa/ellis.htm

Si vous voulez lire Zombie, le recueuil de nouvelles, je vous interdit la VF . . . Les traducteurs ont fait sauté la moitié des références . . . pfff !! (le titre en VO c'est "The Informers")[/quote]


Dernière édition par le Jeu 29 Déc - 14:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesus
Master Pez
avatar

Nombre de messages : 650
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Lunar Park et Bret Easton Ellis en général   Jeu 29 Déc - 14:25

Un petit texte fun et très intelligent de Bretounet !!

VOICI POURQUOI LES TELETUBBIES SONT MALEFIQUES
Par Bret Easton Ellis
(traduction en français par Valentin Jolly)

Il y a une emission de télé pour enfants où, dans le ciel grisâtre d'Angleterre, se lève un soleil à visage de bébé (si adorable qu'il a dû être retouché par ordinateur) ; en fond sonore retentit simultanément une petite marche militaire.

Puis, les Teletubbies apparaissent - quatre gros tas informes, personnifiés par des types costumés, chacun d'une couleur différente, comme autant de shamallows palichons. Ils sont affublés d'une sorte d'antenne qui bouge en haut de leurs têtes ; ils batifolent et font de cabrioles sur un terrain vague tapissé de gazon artificiel - un minigolf stérilisé.
Sans raison apparente, ils adoptent des postures de karatékas ; chacun transporte son petit sac à main personnel ; ils se nomment Dipsy, ou bien encore Tinky Winky. Leur visages sont ceux de singes, mais lisses et sans âge. Ils s'expriment à l'aide d'onomatopées et de syntagmes désarticulés; on croirait entendre des serveuses japonaises émêchées dans un sushi-bar quelque part en Enfer. Parfois, ils réagissent aux propos d'un narrateur qui en voix-off leur pose des questions cruciales, du genre : "Et qu'est-ce qu'il y a dans ce sac, Tinky Winky ?".

Comme tous les enfants en bas-âge, les Teletubbies sont fascinés par les ballons, les tissus feutrés et les aliments synthétiques. Ils les manipulent joyeusement. Chez eux, danser en rond autour d'une plante en se tenant par la main semble être un passe-temps particulièrement en vogue. Ils rangent leurs jouets dans des sacs, puis les en ressortent sous les acclamations, avec tambours et trompettes.
Les minutes s'écoulent, les Teletubbies s'affalent au sol, sous le regard altier du soleil-bébé qui en couine de plaisir. Le simple fait d'imaginer les types dans ces costumes en train de préparer de la "tubby-crème-à-la-vanille", de goûter aux "tubby-toasts", ou d'essayer divers couvre-chefs peut déclencher l'irrésistible envie de se confectionner un grand cocktail bien tassé. Les Teletubbies ont pour voisins de vrais lapins géants de toutes les couleurs, qui marchent d'un pas lourd vers des plates-bandes en plastique (un initié m'explique que les lapins en question sont gros "comme des agneaux" et sont "spécialement élevés" pour l'émission).


Ensuite, on entend des bruits de pets, des périscopes émergent du gazon artificiel, et une sorte de grande roue magique diffuse des rayons scintillants qui obligent les pauvres Teletubbies à se blottir les un contre les autres. Parfois, ils vont même jusqu'à s'évanouir. C'est à ce moment précis que les rectangles grisâtres situés sur leurs ventres entrent en action

. Ces hurlus-berlus sous acide sont en réalité des télévisions vivantes, ils exhibent fièrement un écran incrusté dans leur abdomen et qui soudain s'allume, pour diffuser de petits court-métrages mettant en scène de vrais enfants qui agissent de façon déroutante - comme des Teletubbies (ils s'essayent à la gymnastique, referment les fermetures éclair de leurs sacs, ouvrent et ferment des tiroirs, choisissent les habits qu'ils vont porter, chantent à tue-tête, jouent à cache-cache)... En fait, autant de comportements adoptés quotidiennement par pas mal de mes amis de Manhattan.

Au total, ces petits documentaires vous remettent à l'esprit les nombreuses similitudes entre le langage des enfants et celui des grands alcooliques. Bien qu'ils ne possèdent pas la verve contrite et nocive d'un "Barney", les "Teletubbies" ressemblent à l'image qu'un caricaturiste un peu tordu pourrait brosser d'une affreuse émission pour enfants, diffusée dans un monde futuriste conçu par Huxley, Orwell ou Gibson. Les Teletubbies rappellent les mutants du film "Chromosome 3 (The Brood)" de David Cronenberg ; en les observant, on ne peut que penser : bon sang, ils n'ont dus être inventés que pour nous rendre malades ! C'est vrai qu'il fallait oser. Tous les efforts de provocation du chanteur Marilyn Manson ont l'air bidon comparés à ces petits nounours psychédéliques. Avertissement : n'écoutez pas sa chanson "The Dope Show" en regardant les Teletubbies le son coupé. Personnellement, je préfère encore que mes enfants regardent des trucs comme "Taxi Cab Confessions" ou "Delivrance".

Les sonorités lénifiantes, le silence sinistre, l'ambiance New Age, les surfaces immaculées, tout y est si constipé, si contrôlé, si aseptisé, dans un univers où même ce qui est spontané à l'air minutieusement planifié, que cet ensemble inquiétant, dont le moindre humour semble absent, est le parfait symbole des nouveaux pères et mères issus de ma génération.

Une partie de mon irritation vient de ce qu'à mon âge, la plupart de mes amis ont des enfants, s'installent en famille, et que tout ça vient faire irruption dans ma vie de célibataire. Maintenant, au restaurant, je dois réserver au plus tard à 19h00, toutes les personnes que j'invite à des soirées"tardives" se décommandent, et je dois subir, au hasard des conversations, les sempiternelles reflexions sur la drogue ou la violence dans les films (le tout venant d'ex-nymphomanes, d'anciens dealers ou d'ex-drogués). Mais, d'un autre côté, je m'emporte aussi contre l'hypocrisie de ces adultes, créateurs des Teletubbies ou parents terrifiés et bien intentionnés qui collent leur progéniture devant la télé pour l'émission.
Tous, ils s'identifient complètement à leurs enfants et voudraient un monde idéal, un monde pour les bébés. Des adultes qui rêvent d'un monde parfait, totalement conforme à leur conception de ce qui est inoffensif.

A la fin des années 60 et au cours des années 70, il y avait dans "Rue Césame" tout un côté un peu dingue, anarchique, plein d'esprit et d'insolence. Les marionnettes y étaient turbulentes, semaient le bordel et en avaient ras le bol des adultes (représentant l'Autorité). On assistait pèle-mèle à des parodies, des sketches, des chansons rock, et soufflait un vent de délire délibérémént absent de chez les Teletubbies, ce qui rend d'autant plus odieuses ces émissions où toute tentative culturelle est réduite à sa dimension la plus basique, si débilitante même que certains spectateurs parviennent à y discerner une pureté familière et réconfortante. Tout est si douillet ! Soyez zen ! Débranchez-vous ! ZZZzzzzzzzz....

Il me semble qu'avec leurs sales caractères incontrôlables, si le Monstre Mangeur de Cookies ou Oscar le grognon avaient le malheur de mettre le pied au pays des Teletubbies, ces derniers se verraient obligés de les tabasser à mort à grands coups de barre de fer, avant de faire disparaître leur cadavres de muppets grâce aux rayons scintillants de leur grande roue magique.


Dernière édition par le Jeu 29 Déc - 14:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bidi
Pétasse
avatar

Nombre de messages : 3418
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Re: Lunar Park et Bret Easton Ellis en général   Jeu 29 Déc - 14:32

KillYrIdols a écrit:
hurlus-berlus

Suspect

Pas mal sinon ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexia
Corky
avatar

Nombre de messages : 1319
Age : 29
Localisation : lyon.
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: Lunar Park et Bret Easton Ellis en général   Jeu 29 Déc - 20:26

je pense que je vais lire un livre de ce cher monsieur, rien que cette analyse des teletubbies me rempli de joie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackblackfox.tumblr.com/
coton
Cotonphage
avatar

Nombre de messages : 1214
Age : 31
Localisation : Epinal/Conflans/Rennes (la vie est belle)
Date d'inscription : 15/10/2005

MessageSujet: Re: Lunar Park et Bret Easton Ellis en général   Ven 30 Déc - 22:58

Lunar park me donne moins envie que ceux que j'ai lus (les lois de l'attraction et american psycho)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cotonplouf.canalblog.com/
cléa
hamster sanguinaire
avatar

Nombre de messages : 406
Age : 33
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 01/12/2005

MessageSujet: Re: Lunar Park et Bret Easton Ellis en général   Sam 31 Déc - 0:23

Moi j'adorerais lire ce bouquin, j'en salive depuis des mois (enfin...façon de parler, je ne bave pas dessus quand je passe devant à la fnac)
MAIS IL EST TROP CHER
publié récemment, donc pas encore en poche
20€, c'est pas rien pour mon budget d'étudiante !! Mais faut voir, je ferai peut-être l'effort (à moins qu'il y ait une bonne âme pour me le prêter Laughing )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lunar Park et Bret Easton Ellis en général   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lunar Park et Bret Easton Ellis en général
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bret Easton Ellis
» Bret Easton Ellis (American Psycho...)
» MOINS QUE ZERO de Bret Easton Ellis
» GLAMORAMA de Bret Easton Ellis
» Bret EASTON ELLIS (Etats-Unis)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Riot On the Radio !!! :: ? ! Culture ? ! :: Lectures-
Sauter vers: