Riot On the Radio !!!

Pretentieux et mechants, comme on les aime.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Necrologie du rock

Aller en bas 
AuteurMessage
°chav°
Panda Master
Panda Master
avatar

Nombre de messages : 7497
Age : 32
Localisation : Lorraine / RP (ohh tu me manques)
Date d'inscription : 14/10/2005

MessageSujet: Necrologie du rock   Ven 3 Mar - 1:46

Je l'admets, c'est pas un topic hyper rejouissant MAIS je trouve interessant d'essayer de recenser les morts d'illustres personnages de l'histoire du rock (surtout que pr certains, leur mort est passé inapercue, cf mon 1er mort)

************************************************************

Layne Thomas Staley (22/08/1967 - 05/04/2002)


né à Kirkland, Washington, USA, était le chanteur du groupe grunge/metal de Seattle Alice in Chains, ainsi que du supergroupe Mad Season.

A l'age de 12 ans, Staley apprend la batterie et joue dans plusieurs groupe glams, mais aspire à être chanteur. Il troqua alors sa batterie par un micro. Il rencontra Jerry Cantrell en 1987, et forma Alice In Chains. Glam à l'origine, Alice In Chains vira au grunge/metal. Au début des année 90, Alice In Chains devint un des groupes phare de la scène grunge de Seattle avec Nirvana, Soundgarden, Pearl Jam et Mudhoney.

Facelift, leur premier album, sort en 1990. Il rencontrera un certain succès grace nottament aux hits "Man in the box" et "We die young". C'est à partir de là que Staley devint accro à l'héroïne. L'héroïne sera par ailleurs le thème central de leur album suivant, Dirt, sorti en 1992. L'album se vend à plusieurs millions d'exemplaires, ceci n'aidant pas à Layne de sortir de l'héroïne. En 1994, sort ensuite un mini-LP semi acoustique, Jar Of Flies (couplé en Europe avec l'autre mini-LP acoustique, SAP). Les tournées sont quasiment impossible, Staley essayant, en vain, de se désintoxiquer. En 1995, sort l'album éponyme "Alice In Chains" avec une brève tournée en première partie de Kiss. Cette même année, Staley enregistre "Above", album du supergroupe "Mad Season".

En 1996, ils réalisent le "MTV Unplugged", ce qui sera leur dernière performance.

Le 20 avril 2002, Staley est retrouvé mort chez lui. Les cause du décès sont un "Speedball", mélange mortel d'héroïne et de cocaïne. (notez qu'il est mort dans l'indifference totale... ce fut pourtant le maitre incontesté du rock made in seattle)


_________________
si tu cliques t'es un gros con (ou une grosse conne)
http://moonitown.miniville.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/mrs_nutcase
°chav°
Panda Master
Panda Master
avatar

Nombre de messages : 7497
Age : 32
Localisation : Lorraine / RP (ohh tu me manques)
Date d'inscription : 14/10/2005

MessageSujet: Re: Necrologie du rock   Ven 3 Mar - 1:52

John Bonham(31 mai 1948 - 24 septembre 1980)


Très jeune, John commence déjà à frapper sur des pots et des casseroles avec des bâtons plutôt artisanaux. Déjà à l'âge de 10 ans, il reçoit sa première batterie usagée ; un cadeau de son père, cadeau dont il prit toujours soin. "Maltraiter sa batterie est presque aussi mal que d'abuser d'un enfant."

Son premier groupe de musique officiel, Terry Web and The Spiders, est un groupe d'étudiants au secondaire. À l'époque, il n'a pas encore acquis son style qualifié d'agressif pour lequel il sera réputé et reconnu plus tard. Il joue ensuite avec une série de groupes anglais locaux tels que The Nicky James Movement, A Way of Life et Steve Brett and The Mavericks. À l'âge de 18 ans, il rencontre celle qui deviendra son épouse, Pat, réticente à le marier pendant un certain temps, craignant qu'il ne réussisse pas sa carrière comme batteur.

Bonzo continue alors à la rassurer sans arrêt à ce sujet et peu de temps après, il fait la rencontre de Robert Plant avec qui il joue dans le groupe The Band of Joy. Ce dernier ne dure pas longtemps et Bonzo le quitte définitivement pour aller jouer ailleurs. Un soir, il se fait approcher par Jimmy Page, qui a déjà recruté Robert Plant pour son nouveau groupe, The New Yardbirds, ce dernier ayant encouragé Page à recruter Bonzo. On assistait alors au début de la saga Zeppelin.

Malheureusement, sa carrière ne se termina pas aussi bien que celles de ses confrères. Bien qu'il ait toujours été reconnu comme un grand buveur, John, alors qu'il sort pour une soirée bien arosée, le 24 septembre 1980, boit 40 shooters de Vodka en 4 heures seulement. Un peu assomé et plus ou moins dans son état, il appelle un taxi pour se rendre à la maison de campagne de Page où se trouve un ami qui l'aide à se mettre au lit. Durant la nuit, il se vomit dans la gorge alors qu'il est inconscient et s'étouffe pour finalement décéder tragiquement. Le lendemain matin, Jones le trouve sans vie dans son lit. Bonzo laissera dans le deuil son épouse Pat, son fils Jason et sa fille Zoe, en plus des trois autres membres de Led Zeppelin, qui, à partir de cette date, ne se reformeront plus jamais officiellement pour faire de la musique sous le groupe Led Zeppelin.


_________________
si tu cliques t'es un gros con (ou une grosse conne)
http://moonitown.miniville.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/mrs_nutcase
°chav°
Panda Master
Panda Master
avatar

Nombre de messages : 7497
Age : 32
Localisation : Lorraine / RP (ohh tu me manques)
Date d'inscription : 14/10/2005

MessageSujet: Re: Necrologie du rock   Ven 3 Mar - 1:59

Jeff Buckley 17 novembre 1966- 29 mai 1997


Jeffrey Scott Buckley naît le 17 novembre 1966 dans le comté d'Orange County, en Californie. Il est éduqué par sa mère, la pianiste et chanteuse panaméenne Mary Guibert, divorcée de son père, le musicien et chanteur éclectique Tim Buckley. Ce dernier ne connaît pas son fils, et meurt d'une surdose en 1975, à vingt-huit ans ; Jeff n'en a que neuf. Il grandit quand même dans un univers musical, en écoutant d'abord les Beatles, Simon et Garfunkel, et ensuite Lou Reed, Joni Mitchell ou le groupe anglais Led Zeppelin. Aux goûts éclectiques, il aime aussi écouter sa mère jouer de la musique classique au piano, et même Édith Piaf, qu'il découvre à l'école. À partir de six ans, il se met à jouer de la guitare et du piano. Sa jeunesse est aussi rythmée par de nombreux déménagements avec sa mère, avec un niveau de vie parfois tout juste suffisant.

Solitaire, désirant faire carrière dans la musique, Jeff Buckley rêve de New York. C'est à l'occasion d'un concert en hommage à Tim, à l'église Saint-Ann, que Jeff quitte la Californie pour s'installer à New York où il y rencontre Gary Lucas.
[modifier]

Carrière

Influencé par de nombreux courants musicaux (rock, folk, funk, jazz, pop, soul...), Jeff est remarqué par le guitariste Gary Lucas. Il rejoint le groupe de Gary Gods and Monsters en 1991 . Lucas écrit les musiques dont Mojo Pin et Grace alors que Jeff écrit les paroles et les chante avec sa voix si particulière, couvrant cinq octaves et demi ! Jimmy Page a même dit de lui : « techniquement c’est le meilleur chanteur des 20 dernières années ». Quelques mois et concerts plus tard, Buckley met fin à l’association.

Jeff joue régulièrement au Sin-é café. Il y interprète surtout des reprises, de Bob Dylan, Nina Simone, Édith Piaf ou encore Van Morrison afin d’acquérir de l’expérience, quelques-uns de ses titres, Mojo Pin, mais aussi des chansons qu’il avait écrites à la fin des années 1980, comme Eternal Life. Il signe un contrat avec Sony music, qui lui fait enregistrer le maxi Live at Sin-é.Celui-ci sort en novembre 1993. Il a été réédité en version augmentée « Legacy edition » composée de deux CDs et d’un DVD en 2004.

Il recrute ensuite le guitariste Michael Tighe, le bassiste Mick Grondahl et le batteur Matt Johnson pour une tournée aux États-Unis et en Europe, puis pour enregistre son premier album en studio, comprenant entre autres Mojo Pin, Grace, Eternal Life, Hallelujah (reprise de la chanson de Leonard Cohen) et Corpus Christi Carol (reprise de Benjamin Britten). L’album Grace naît en août 1994, sort en Europe puis aux États-Unis. Jeff et son groupe sont déjà repartis en tournée en Irlande, d’où est originaire son grand-père paternel, lorsque Grace sort aux États-Unis. Ce sont en fait deux années de tournées ininterrompues qui commencent.

Grace reçoit un très bon accueil, plus encore en Europe qu’aux États-Unis. Grace est récompensé par le prestigieux prix Charles Cros en 1995. Emporté par sa passion des concerts où il chante et joue de la guitare en transe, Jeff s’épuise dans des tournées interminables, dans des concerts mémorables (Bataclan) ou prestigieux (Olympia), des petits festivals partout dans le monde ou un retour triomphal au Sin-é.

En 1996 le groupe s'arrête, pour tourner une nouvelle page de sa carrière : commencer l'écriture d'un second album. Après l'immense succès de Grace, c'est une énorme pression qui pèse sur les trop frêles épaules de Jeff, ajoutée à la fatigue des tournées. Buckley fuit à Memphis et peine à écrire. Début 1997, le groupe effectue une tentative ratée d'enregistrement de ce second album, My Sweetheart The Drunk.

Le 29 mai 1997, le groupe revient à Memphis pour réenregistrer avec de nouveaux arrangements et quelques nouvelles chansons My Sweetheart The Drunk. Attendant leur arrivée, Jeff Buckley se promène au bord de Wolf River avec son ami Keith Foti et décide d’aller se baigner, tout habillé. Après le passage d’un bateau à roues il disparaît dans les eaux. Son corps est retrouvé dans le Mississippi trois jours plus tard, vingt-deux ans et un mois après la mort de son père.


_________________
si tu cliques t'es un gros con (ou une grosse conne)
http://moonitown.miniville.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/mrs_nutcase
°chav°
Panda Master
Panda Master
avatar

Nombre de messages : 7497
Age : 32
Localisation : Lorraine / RP (ohh tu me manques)
Date d'inscription : 14/10/2005

MessageSujet: Re: Necrologie du rock   Ven 3 Mar - 2:04

Ian Curtis 15 juillet 1956 - 18 mai 1980


Il est né le 15 juillet 1956 à Stretford, et a grandi à Macclesfield. Il s'est marié avec Deborah Woodruffe en 1975, dont il a eu une fille, Natalie en 1979. Il a rejoint le groupe qui devait devenir Joy Division en 1976. Ses poèmes décrivent souvent des traumatismes et une interrogation permanente, dans la tradition existentialiste. Sa voix grave et profonde était le moyen parfait de mettre en avant l'importance inhabituelle des paroles dans les chansons. Sur scène, Ian restait impassible tout contre le micro, semblant presque s'appuyer sur celui-ci, puis soudain dansait frénétiquement, jetant les bras et les jambes autour de lui, d'une manière qui rappelait les crises d'épilepsie dont il souffrait. Sa santé se détériora avec les tournées incessantes de Joy Division, et il dût aussi faire face à des problèmes personnels. Il s'est pendu dans sa maison à Macclesfield, 77 Barton Street, le 18 mai 1980, juste avant que Joy Division ne parte pour une tournée aux USA. Ian a été incinéré dans le cimetière de Macclesfield


_________________
si tu cliques t'es un gros con (ou une grosse conne)
http://moonitown.miniville.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/mrs_nutcase
°chav°
Panda Master
Panda Master
avatar

Nombre de messages : 7497
Age : 32
Localisation : Lorraine / RP (ohh tu me manques)
Date d'inscription : 14/10/2005

MessageSujet: Re: Necrologie du rock   Ven 3 Mar - 2:07

Sid Vicious 10 mai 1957- 2 février 1979


John Simon Ritchie est né à Londres, fils de John Ritchie et Ann Randall, parents qui se sépareront très tôt. Ann s'occupe seule de son fils, elle quitte Londres pour se réfugier à Ibiza chez des amis, elle gagnera tant bien que mal sa vie en vendant du cannabis. De retour à Londres en 1965 (John a 8 ans), Ann devient junkie abandonnant ainsi son fils à la rue. Adolescent, le caractère de John se révèle violent et imprévisible, il écoute David Bowie et T-Rex avant de devenir fan des Ramones, il fréquentera également un gang "The Johns". C'est à cette époque qu'il emménage dans un taudis avec Johnny Rotten qui le surnommera "Sid Vicious" en raison de son caractère violent. Johnny devient alors le chanteur des Sex Pistols (créés en 1976, Sid a 19 ans) le groupe ne rencontrant pas le succès par ses innovations multiples en matière de provocation, le bassiste Glen Matlock se sépare du groupe (il écoutait trop les Beatles soit-disant), Johnny pense alors à Sid pour le remplacer (Sid avait déjà servi de batteur occasionnel), Sid n'ayant jamais joué de basse, il apprendra son instrument sur le tas à partir de mars 1977. À la suite de ce changement, l'image chaotique et dépravée de Sid profite immédiatement au groupe qui se trouvera un public qui s'unira sous la bannière du punk. Faisant de la provocation une règle de base, on a vu Sid revêtir un T-shirt à Svastika, en référence au "No Futur" d'une génération qui n'a rien à perdre. Les concerts des Sex Pistols sont alors ponctués de la violence et de la drogue omniprésentes dans l'esprit du groupe (naissance du pogo). C'est lors d'un voyage aux États-Unis que Sid rencontrera Nancy Spungen, une jeune junkie américaine avec qui il aura une liaison. L'image de Sid est alors très nette, il est l'incarnation du masochisme du junkie, de la violence…

Le dernier tournant de la vie de Sid se produit le 10 octobre 1978, le corps de Nancy est retrouvé poignardé dans leur chambre du Chelsea Hotel. Sid sera arrêté et relâché sur caution (l'enquête aboutira finalement à une histoire de règlements de comptes entre dealers). En attente de son procès, Sid continue sa fuite en avant jusqu'à l'overdose, le 2 février 1979. Il est retrouvé mort, l'icône du punk n'avait que 21 ans…


_________________
si tu cliques t'es un gros con (ou une grosse conne)
http://moonitown.miniville.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/mrs_nutcase
°chav°
Panda Master
Panda Master
avatar

Nombre de messages : 7497
Age : 32
Localisation : Lorraine / RP (ohh tu me manques)
Date d'inscription : 14/10/2005

MessageSujet: Re: Necrologie du rock   Ven 3 Mar - 2:13

Joe Strummer 21 août 1952- 22 décembre 2002.


Joe Strummer naît le 21 août 1952 à Ankara en Turquie où son père, employé du Ministère anglais des Affaires étrangères est en poste. En 1976, Strummer découvre le groupe pionnier du punk les Sex Pistols en concert. Il abandonne aussitôt le groupe de pub rock the 101'ers avec lequel il jouait pour former les Clash avec Mick Jones, un rocker prolo ainsi qu'avec Paul Simonon tous deux originaires de Brixton, un quartier du sud de Londres. Il fut le chanteur et leader politique du groupe jusqu'en 1985. Il a continue ensuite différents projets musicaux, notamment en remplaçant Shane MacGowan comme chanteur du groupe « The Pogues » puis avec le groupe « Los Mescaleros » jusqu'à sa mort. Il a marqué toute une génération par ses prises de positions politiques radicales : le soutien aux sandinistes, à la RAF (Rote Armee Fraktion), à de nombreuses luttes sociales. Il décède, probablement d'une crise cardiaque, le 22 décembre 2002.


_________________
si tu cliques t'es un gros con (ou une grosse conne)
http://moonitown.miniville.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/mrs_nutcase
°chav°
Panda Master
Panda Master
avatar

Nombre de messages : 7497
Age : 32
Localisation : Lorraine / RP (ohh tu me manques)
Date d'inscription : 14/10/2005

MessageSujet: Re: Necrologie du rock   Ven 3 Mar - 2:17

Johnny Cash 26 février 1932 -12 septembre 2003


J.R. Cash grandit dans l’univers des champs de coton du sud des États-Unis. La musique était partie intégrante de la vie rurale américaine et le jeune Johnny s’imprègne, à cette époque, de différentes influences telles que : le folk, les hymnes religieux et la country. Après plusieurs expériences de travail difficile dans plusieurs domaines, Cash s’enrôle dans l’Air Force et est envoyé en Allemagne où il achète sa 1re guitare et forme son 1er groupe. À son retour, ce dernier s’établit à Memphis dans le Tennessee et épouse Vivian Liberto. En 1954, Johnny Cash auditionne pour la maison de disque de Sam Phillip, Sun Records. Le printemps suivant il enregistre, à l’aide de son groupe « The Tennessee Three » (Luther Perkins à la guitare, Marshall Grant à la contre-basse et Red Kernodle à la « pedal steel », son premier 45 tours « Hey Porter ».

Ensuite se suivent les succès « Cry, Cry, Cry », « Folsom Prison Blues » et « I Walk the Line » son premier titre à se hisser à la tête du palmarès « Billboard ». En 1957, à la recherche de plus de liberté artistique, le chanteur décide de signer avec la compagnie de disque « Columbia ». Sur cette étiquette, Cash enregistre au début des années 1960, « Don’t Take Your Guns to Town » et « The Ballad of Ira Hayes ».

Les effets collatéraux du succès grandissant et un horaire de tournée de 300 spectacles par année plongent un Cash épuisé dans l’enfer des amphétamines et mettent fin à son mariage.

À la fin de cette période, il décide de mettre fin à sa dépendance aux narcotiques et épouse la chanteuse June Carter (dite June Carter Cash, née en 1929 - décédée en 2003). La chanson « Ring of Fire », composée avec Carter, décrit les ravages de l'alcoolisme et de la drogue, la misère d'antan qui hantait Johnny Cash. À la fin de cette décennie et au début des années 1970, Johnny Cash est à l’apogée de son art. Une paire d’enregistrements réalisées lors d’un spectacle à l’intérieur de deux établissements carcéraux : Folsom Prison et San Quentin atteignent le prestigieux statut de disques d’or. Par la suite, Johnny Cash signe un contrat, avec la chaîne de télévision ABC, afin d’animer une émission éponyme, qui sera enregistré au « Ryman Auditorium » de Nashville.

À la fin des années soixante-dix, l’artiste enregistre des pièces d’auteurs progressistes telles que : Bob Dylan, Kris Kristofferson et Nick Lowe. Cette immersion dans l’univers rebelle n’est pas sans prix, nombre de stations de radio « country » boycottent ce nouveau style à la faveur d’artistes avec un son plus populaire. Les années 1980 sont ombragées par des problèmes de santé et la fin de son association avec « Columbia ». Il continue, tout de même, à parcourir l’Amérique, à bord de son autobus de tournée, tant en solo qu’avec ses amis Waylon Jennings, Willie Nelson et Kris Kristofferson au sein du groupe « The Highwaymen ».

En 1992, Johnny Cash reçoit l’honneur d’être nommé au « Rock and Roll Hall of Fame » et devient ainsi la seule personne à avoir été introduite à la fois au « Rock and Roll Hall of Fame », au « Country Music Hall of Fame » et au « Song Writers Hall of Fame ». La fin de ce millénaire prendra une tournure inattendue dans la carrière de l’artiste avec la rencontre du producteur Rick Rubin.

June Carter, sa deuxième épouse, était la fille de la célèbre Mother Maybelle Carter. En 1973, June Carter et Johnny Cash, tous les deux fort religieux, ont produit Gospel Road (Sentier de l'Évangile), un film sur les derniers jours du Christ, avec Carter dans le rôle de Marie-Madeleine. Johnny Cash a joué dans un épisode de Columbo, ainsi que dans plusieurs épisodes de la série Docteur Quinn femme médecin avec sa femme June où il interprete un shérif chasseur de prime marié à une bonne chrétienne. Roseanne Cash (née 1955), la fille de Johnny Cash et de sa première épouse, Vivian Liberto, est une chanteuse de rock et de country.


_________________
si tu cliques t'es un gros con (ou une grosse conne)
http://moonitown.miniville.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/mrs_nutcase
°chav°
Panda Master
Panda Master
avatar

Nombre de messages : 7497
Age : 32
Localisation : Lorraine / RP (ohh tu me manques)
Date d'inscription : 14/10/2005

MessageSujet: Re: Necrologie du rock   Ven 3 Mar - 2:20

Johnny Ace 1929-1954


est né à Memphis, Tennessee sous le nom de John Alexander Jr. Il est l'un des plus populaire chanteur de ballades du début des années 1950. Il a participé à la Seconde Guerre mondiale en faisant partie de la marine américaine, et après avoir été relevé de ses fonctions, il a rejoint le groupe Adolph Duncan's Band où il a joué en tant que pianiste. Il a souvent joué en compagnie de B.B. King et de Bobby « Blue » Bland dans la rue très renommée de Memphis, Beale Street. En 1953, il a sorti sa première chanson intitulée My Song, qui est devenue un grand succès. Par la suite, les chansons qu'il a sorti ressemblèrent à sa première avec sa voix barytone mélodieuse telle celle de Nat « King » Cole.

À la veille de Noël 1954, Johnny Ace se tire une balle en jouant à la roulette russe dans l'auditorium de la ville de Houston. Cette mort est maintenant remise en question, la possibilité d'un meurtre a été évoquée. En 1955, le succès Pledging My Love, une chanson pop fait les palmarès à titre posthume.



_________________
si tu cliques t'es un gros con (ou une grosse conne)
http://moonitown.miniville.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/mrs_nutcase
°chav°
Panda Master
Panda Master
avatar

Nombre de messages : 7497
Age : 32
Localisation : Lorraine / RP (ohh tu me manques)
Date d'inscription : 14/10/2005

MessageSujet: Re: Necrologie du rock   Ven 3 Mar - 2:26

Keith John Moon (23 août 1946 - 7 septembre 1978)


était le batteur du groupe de rock anglais : The Who. Il est né à Londres en 1946, bien qu'il ait prétendu être né un an plus tard.

Il est considéré comme le plus original et le plus insolite des batteurs dans toute l'histoire du rock & roll. Son groupe favori était les Beach Boys, il reprit certaines de leur chansons avec The Who.

Dès le début de leur carrière, les Who avaient acquis la réputation de détruire leur matériel à la fin de chaque concert. Moon faisait preuve d'un certain zèle pour cette activité, tapant violement sur sa batterie, jusqu'à pulvériser celle-ci. Une fois, il loua une batterie avec des feux d'artifice, qu'il fit exploser à la fin de My Generation, ce qui selon la légende, conduisit à un trouble auditif permanent chez son partenaire Pete Townshend. Ces singeries lui valurent le surnom de Moon the Loon (traduction approximative : Moon l'imbécile).

Moon gagna rapidement la réputation d'être très destructeur. Il était connu pour dévaster les chambres d'hôtel, les maisons de ses amis, et même son propre domicile, jetant souvent des meubles à travers les fenêtres ou en détruisant les plomberies avec des pétards. Même s'il n'a jamais vraiment conduit une automobile dans une piscine, il n'est pas difficile d'imaginer l'origine d'une telle histoire.

Moon avait un style bien particulier et a laissé quelques uns des meilleurs morceaux de batterie du rock ’n’ roll. Des batteurs contemporains comme Mitch Mitchell, Ginger Baker et John Bonham peuvent tous se réclamer de lui comme influence majeure. L'anarchisme de Moon a laissé une grande trace dans la musique populaire d'aujourd'hui.

Bien que son activité au sein des Who ait dominé sa carrière, il eut aussi une action mineure dans certains projets. En 1966, il forme une équipe avec le guitariste des Yardbirds Jeff Beck et les futurs membres de Led Zeppelin Jimmy Page et John Paul Jones pour enregistrer un instrumental : Beck's Bolero, édité comme single plus tard dans l'année. Moon est aussi connu pour avoir trouvé le nom de Led Zeppelin, remarquant que cet étrange groupe allait couler comme un zeppelin de plomb (l'histoire lui donnera heureusement tort). En 1974, il lance son premier album solo, une collection de chanson pop, appelé Two Sides of the Moon. En 1971, il a un rôle dans le film de Frank Zappa : 200 Motels : il joue un travesti peureux déguisé en bonne-sœur. En 1976, il joue le tube des Beatles When I'm Sixty-Four pour la bande-son du documentaire : All This And World War II.

Moon est mort dans son sommeil à l'âge de 32 ans, à cause d'une overdose de médicaments pour traiter son alcoolisme. Il fut remplacé par le batteur des Faces Kenney Jonnes, et dans les derniers concerts par Zak Starkey, dont il était le parrain.



************************************************************
John Alec Entwistle (9 octobre 1944 - 27 juin 2002)


John Alec Entwistle est né à Chiswick, dans la banlieue de Londres, en 1944. Il rejoint Roger Daltrey dans le groupe ancêtre des Who, The Detours, au début des années 60.

Quelques fois connu sous le nom de Ox, il est était souvent considéré comme le plus calme des Who. Bill Wyman le décrivait comme l'homme le plus calme en privé mais le plus fort sur scène.

John Entwistle était un talentueux compositeur et artiste. Il a écrit quelques unes des plus célèbres chansons des Who comme :

* Cousin Kevin
* My Wife
* Boris The Spider

Entwistle a aussi contribué à de nombreuses harmonies vocales et a joué du cor pour le groupe.

En plus de son activité avec les Who, Entwistle menait une carrière solo, il a sorti de nombreux albums solo au début des années 70.

La contribution de Entwistle au rock, fut d'élever la basse au rang d'instrument de premier plan. Son jeu de basse ressortait mal en studio, son style et son son furent developpé à leur maximum lors du passage des Who au Rolling Stones' Rock and Roll Circus en 1968, ou lors de l'enregistrement du concert Live At Leeds en 1970. Lors des concerts, Entwistle et le guitariste Pete Townshend échangeaient souvent leur rôle : Entwistle jouant rapidement des lignes mélodiques pendant que Townsend rajoutait des parties rythmiques au morceau. Entwistle fut aussi un pionner dans l'utilisation des roundwound steel bass strings développé spécialement pour lui, par la Rotosound company.

Entwistle a aidé au développement du son percutant de la basse, créant une technique inhabituelle dite de typewriter, bien des années avant que le slapping soit introduit par le pionner du funk Larry Graham. Ce son percutant est évident dans le solo de basse de 1964, enregistré sur le single des Who : My Generation (disponible dans l'album My Generation).

Les influences de Entwistle sont décrites par lui-même, comme une combinaison de guitaristes de rock & roll comme Duane Eddy et Gene Vincent, de soul et de bassistes de R&B comme James Jamerson. Sa formation musicale l'a amené à savoir maîtriser le cor, la trompette et le piano.

John Entwistle est mort en 2002 à Las Vegas, la veille du premier concert d'une tournée des Who aux USA. Le bassiste d'origine italienne Pino Palladino le remplaça sur scène.

Le médecin légiste de Las Vegas déclara que cette mort était dûe à une crise cardique, à cause d'une prise de cocaine.


_________________
si tu cliques t'es un gros con (ou une grosse conne)
http://moonitown.miniville.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/mrs_nutcase
°chav°
Panda Master
Panda Master
avatar

Nombre de messages : 7497
Age : 32
Localisation : Lorraine / RP (ohh tu me manques)
Date d'inscription : 14/10/2005

MessageSujet: Re: Necrologie du rock   Jeu 15 Juin - 12:35

Elliott Smith
6 août 1969 – 21 octobre 2003


Songwriter Américain considéré par beaucoup comme le plus talenteux de sa génération.

Après avoir joué dans le groupe Heatmiser Pendant plusieurs années, il a entamé une carrière solo vers 1994. Il a été révélé au grand public grâce à sa chanson "Miss Misery" écrite pour le film Good Will Hunting, et qui a été nominée en 1998 aux Oscars dans la catégorie meilleure chanson originale.

Smith est mort en 2003 à l’age de 34 ans des suites de 2 coups de couteaux portés à la poitrine. Bien que la thèse du suicide ait été largement avancée, les circonstances de sa mort demeurent encore imprécises.


_________________
si tu cliques t'es un gros con (ou une grosse conne)
http://moonitown.miniville.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/mrs_nutcase
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Necrologie du rock   

Revenir en haut Aller en bas
 
Necrologie du rock
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [JEU] ROCK BAND : Jouer avec plusieurs instrument sur son HD2 [Payant]
» Bleach 419 - Deicide21 [Transcendent God Rock]
» Fan club Rock Lee
» (J-Rock) Acid Black Cherry
» Rock Werchter 2010 - 1 au 4 juillet 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Riot On the Radio !!! :: ? ! Culture ? ! :: Musiques-
Sauter vers: